Année 1053 de la troisième ère dite Askaärienne. Le monde est en proie aux anomalies spatio-temporelles et les continents sont en guerre. Incarnez le personnage dont vous rêvez et tentez de devenir le nouveau héros d'Aether, ou bien son destructeur.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

 

 Sina, hybride bridée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 14
Pièces : 2
Date d'inscription : 02/10/2013
avatar

MessageSujet: Sina, hybride bridée   Mer 2 Oct - 23:59


RP SLAVE

Nom : Tka'Leirä
Nom d'esclave : Sina
Classe: Esclave non affranchie
Description physique :
Sina est une jeune hybride humaine/lycaon de 7 ans, ce qui est l'équivalent environ à 19 ans en âge humain. Elle a atteint sa taille adulte et mesure 1 mètre 24. Tout comme les autres hybrides de son espèce, elle n'a que 4 doigts à chacune de ses pattes et deux larges oreilles rondes et brunes ornent le sommet de son crâne. Une fourrure soyeuse dorée bariolée de taches brunes, noires et blanche recouvre la partie inférieure de son corps, ses bras, ainsi que son ventre et sa poitrine. Ses pattes principalement blanches à leur extrémité donnent l'impression qu'elle porte en permanence d'élégants gants de soie et des bas. Elle possède également une longue queue touffue mesurant la moitié de sa taille, principalement dorée et blanche à son extrémité elle aussi. Si la morphologie de son corps est quasiment semblable à celle des êtres humains pour sa partie supérieure à l'exception de ses mains devenues des pattes griffues, la partie inférieure quant à elle évoque d'avantage le squelette d'une panthère. Ainsi, Sina peut se mouvoir aussi bien debout sur ses pattes arrière qu'à quatre pattes comme ses ancêtres. Cela dit, les maîtres de maison ne supportant pas la voir ramper de la sorte lui interdise cette démarche. Elle a attaché autour de son cou un solide collier de cuivre avec lequel son maitre l'attache lorsqu'elle sort en ville.

Sina a de grands yeux noisette qui éclairent son visage enfantin et une bouche rieuse. Quand elle entrouvre ses lèvres fines, on peut apercevoir deux rangées de dents effilées en parfait état, incroyablement blanches. Une frange de cheveux bouclés qu'elle scinde en son milieu recouvre une partie de son front et elle coiffe le reste de sa chevelure blonde en un chignon serré dont elle dégage deux mèches pour encadrer son visage. Lâches, ses cheveux lui arrivent à la taille. Sur son épaule, une trace au fer rouge qu'elle dissimule à la demande de sa maitresse par un large ruban dessine sur sa peau un étrange triangle.

Caractère : Notre jeune hybride est une jeune fille douce et particulièrement sociale. Du fait de sa naissance au sein d'une tribu soudée ayant érigé l'entraide et la cohésion comme style de vie (et de survie), elle supporte très mal la solitude et recherchera toujours à établir le contact avec ses congénères hybrides. Toutefois, ce communautarisme l'a poussé à développer une crainte profonde envers les furrys et les humains qu'elle associe systématiquement à des êtres instables et dangereux. C'est pourquoi confrontée à ces derniers, elle fait preuve de soumission et s'adresse à eux avec déférence.  
D'un naturel docile et serviable, elle fait une esclave appréciée par sa propriétaire même si ses pattes griffues la rende quelque peu maladroite pour l'accomplissement de certains travaux.
Réfléchie, elle prend toujours le temps de la réflexion avant de prendre une décision, bien qu'elle soit parfois rattrapée par des instincts primaires qui peuvent la pousser à détaller sans demander son reste dans une situation angoissante...
Depuis qu'elle a été capturée Sina ne fait confiance à personne et se méfie de tout le monde. Craintive, elle ne parvient pas même à envisager l'idée d'être affranchie un jour : Être tenue en laisse et enfermée dans ce manoir lui semble être une situation certes difficile mais bien plus sûre que d'être relâchée dans la nature au beau milieu d'une ville peuplée d'êtres abjectes. Elle ne se fait plus d'illusion et désespère de revoir un jour sa terre natale. Elle s'acquitte de ses taches du mieux qu'elle le peut en espérant seulement que le jour suivant ne sera pas plus épuisant que la veille.

Histoire :
Pour comprendre l'origine de cette marque, je dois vous parler de la tribu d'où est originaire Sina, de son vrai nom Tka'Leirä.

Il y a de cela de nombreuses années, quelques hybrides las de la persécution dont ils étaient victimes, prirent la décision de fuir ensemble Besteha et ses violences. Ils trouvèrent tout d'abord refuge dans la jungle bestiale avant d'être contraint d'errer de nouveau, rattrapés là aussi par les horreurs qu'ils avaient jadis fuis. Le voyage fut incroyablement long et difficile et beaucoup d'entre eux inadaptés aux températures extrêmes périrent au cours de ce dernier; Tant et si bien que seuls quelques hybrides lycaons  en réchappèrent. Les survivants finirent par découvrir un foyer en plein cœur de l'un des déserts les plus inhospitaliers de la planète : Le désert reptilien.
Là, au beau milieu des terres arides après avoir franchi non sans mal une zone balayée constamment par de violentes tempêtes de sable, se trouve un oasis calme que les vents ont épargné. Une terre bénie située en plein cœur d'un  gigantesque cyclone perpétuel. Le groupe épuisé a vu dans cette lande de terre isolée un véritable éden et décida de s'y établir.

C'est ainsi que la tribu des Aermswys a vu le jour. Si celle-ci perdure encore aujourd'hui avec si peu de ressources naturelles hormis un petit lac ou s'ébat quelques poissons, c'est grâce à l'étonnant contrôle démographique et au système de caste qu'elle a su mettre en place. Mais attention, nulle caste n'est hiérarchiquement au-dessus des autres, chacun coopère avec son voisin et s'adresse à lui sur un pied d'égalité. Les  Aermswys n'ont pas de chef, ils œuvrent ensembles pour le bien de leur communauté. C'est la raison pour laquelle Sina encore aujourd'hui ne maitrise toujours pas l'emploi du vouvoiement, celui-ci n'existant pas dans son langage.

Les femelles Aermswys donnent naissance à des portées de 3 à 5 petits. Si l'un d'entre eux est une femelle, elle est désignée comme reproductrice. Elle seule aura le droit d'enfanter une seule portée à son tour. Si d'autres femelles naissent dans la même portée, celles-ci seront désignées comme cueilleuses, ouvrières (affectées à la préparation de la nourriture, aux travaux de couture, aux soins des malades, à la confection d'outils et de filets etc.) ou encore négociantes. Quant-aux mâles, le premier né (réputé plus robuste que ses frères selon leur tradition) deviendra nécessairement chasseur ou bucheron selon les besoins de la colonie. Ses frères se verront confier les rôles de pécheur, cueilleur, ouvrier ou encore artisan.
Âgés de trois mois (équivalence de 3 ans chez les humains), les petits sont drogués à l'aide d'une décoction de plantes de la région afin que leurs soient épargnées les souffrances du rituel qu’ils vont subir : On leur appose au fer rouge sur l'épaule droite le seau qui scellera définitivement la caste à laquelle ils appartiennent. Le rôle de chacun est ainsi clairement délimité et quiconque contrevient à ce dernier se voit exclure du village.

Ainsi, si deux individus deviennent parents sans que la femelle ne doit issue de la caste des reproducteurs, ces derniers sont expulsés ainsi que leurs petits. Si cette loi peut paraitre cruelle, voire barbare à vos yeux elle n'en est pas moins nécessaire pour permettre à cette société de s'établir sur un territoire aussi restreint et aux ressources si limitées. En dehors de la sévérité qui caractérise la sanction du manquement à leurs règles, le peuple Aermswys est pourtant une population démocratique qui vie sans dominant, où chaque décision est prise à l'unanimité lors d'un grand rassemblement sur la place centrale et où chaque individu est traité avec le même respect.

Les Aermswys vivent entièrement nus, à l'exception des négociantes (rôle exclusivement féminin) pour qui l'on confectionne quelques vêtements sobres qu'elles enfilent avant de se rendre dans les lointains villages voisins pour effectuer quelques échanges. En effet, les maigres ressources du territoire sur lequel ils se sont établis ne suffisent pas à couvrir les besoins des habitants, alors les négociantes effectue régulièrement des trocs avec les rares petites cités qui veulent bien faire affaire avec des hybrides afin de ramener au village des choses qu'ils ne peuvent produire.
La tribu ne connait pas l'argent et ne vit que du troc. Ce qui lui sert de monnaie d'échange ce sont les formidables pièces de verre que réalisent ses artisans. En effet, le sol de la région étant composé en grande partie de silice pure, ils sont parvenus à l'aide de grands fours de terre cuite alimentés au bois de cactus à en tirer un verre d'une grande qualité. La maitrise du matériau étant chose rare, leur artisanat est prisé et symbole de richesse pour quiconque en ville en possède.  

Tka'Leirä (dont le nom signifie dans leur langage "rare épice") est donc issue de la caste des négociantes. C'est pour cela qu'elle a reçu des professeurs quelques rudiments de la langue parlée à Besteha et été formée pour voyager et se repérer dans le désert aride et sauvage qui borde leur village. En tant que négociante elle seule et ses consœurs sont autorisées ainsi à s'éloigner du village. Mais il fut un jour où ce rude apprentissage ne suffit plus, où sa vie bascula.

************

Ce jour-là, son sac était lourdement chargé. Les conditions météorologiques des dernières semaines avaient été telles que personne dans la tribu n'avait pu franchir les vents pour se rendre au village le plus proche. C'est la raison pour laquelle elle portait aujourd'hui sur ses frêles épaules le double de ce qu'elle convoyait habituellement mais elle n'avait pas émis d'objections pour autant à prendre une telle cargaison. Elle connaissait désormais le chemin presque par cœur et il fallait bien que le travail soit fait.

Tandis que ses pattes s'enfonçaient à chacun de ses pas dans le sable brulant, elle scrutait l'horizon, la main en visière. Un étrange pressentiment ne l'avait pas quitté depuis son départ.
S'était-elle perdue ? Un ver des sables gigantesque rodait-il sous ses pieds ? Elle vérifia sa boussole et dressa ses longues oreilles droites sur sa tête pour écouter attentivement. Rien dans le paysage stérile pourtant ne semblait se profiler et hormis le sifflement strident d'un reptile tout proche aucun son inhabituel ne lui parvenait. Alors elle reprit sa marche, non rassurée pour autant.
Elle parcouru quelques kilomètres encore en fredonnant une chanson guillerette pour tromper la solitude lorsque soudain sous ses yeux le paysage changea. Arrivée en haut d'une dune, elle dû faire face à une vision des plus étranges. Là, en contrebas de la colline s'étendaient de larges étoffes de tissus colorés...

Des marchands avaient fait escale en ces lieux inhospitaliers et les toiles de leurs caravanes bariolaient de taches incongrues le désert or et ocre. Instinctivement Tka'Leirä se baissa. C'était la première fois qu'elle croisait des voyageurs lors de l'une de ses tournées puisque bien rares étaient ceux qui osaient s'aventurer si loin dans les terres. Bien que la curiosité la rongeait et qu'elle aurait aimé s'approcher d'avantage pour les observer, elle pensa plus sage de faire un détour par l'est afin de contourner le campement de fortune. Alors, elle tourna les talons à contrecœur et se laissa glisser le long de la dune qu'elle venait de franchir. Tandis qu'elle se redressait et se débarrassait du sable qui gagnait ses vêtements, ses poils se dressèrent soudain sur sa nuque.
Une flagrance inhabituelle avait brusquement envahie l'atmosphère... Une odeur fauve, menaçante, bien peu semblable à celle des membres de sa tribu venait de lui chatouiller les narines. Quelqu'un était tout prêt. Quelqu'un de dangereux.
Sans plus attendre elle se délesta de son sac et se mis à courir dans le sens du vent. Elle ne se retourna même pas pour apercevoir son poursuivant, devinant sa nature à son odeur. Elle courrait à perdre haleine, aussi vite qu'elle le pouvait. Et pourtant, tout au fond d'elle même elle se savait finie. Elle avait déjà entendu tant d'histoires... Et nul espoir de trouver secours au fin fond de ces plaines arides. Derrière elle, l'odeur se fit plus précise, plus forte. Celui qui la suivait, ou plutôt ceux qui la pourchassaient gagnaient du terrain. Cédant à la panique, elle laissa échapper entre ses lèvres une plainte, un hurlement suraigu. Son cœur battait à tout rompre tandis que sous ses pattes agiles les mètres défilaient et que la puanteur se faisait plus présente. Un souffle fétide sur sa nuque, un grognement sourd, et ce fut le chaos.

Le lion bondit sur elle, toutes griffes dehors. Touchée sur le flan elle roula dans le sable, ses vêtements de fortune se déchirèrent dans sa chute. Lovée dans la poussière, elle se recroquevilla en couinant et enfouit sa longue queue entre ses jambes. Dissimulant son visage dans ses pattes elle se mit à pleurer à chaude larmes. Elle ne tenta pas même de se débattre lorsque l'énorme Furry la retourna d'un coup de patte pour l'observer tranquillement. Qu'aurait-elle put faire contre ce colosse ? Elle savait que jamais plus elle ne reverrait sa tribu et peut-être même le lever du soleil. Elle connaissait le sort réservé aux gens de sa race.
-Alors Ahtmhas, je t'avais bien dit que c'était un hybride ! Qu'est-ce qu'on a là ?
Un fennec approcha et cracha sur le sol, essoufflé par cette longue course. Il retroussa sa truffe et un rictus sournois fendit ses lèvres lorsqu'il contempla sa nouvelle proie. Le lion l'avait redressée et manipulait Tka'Leirä sans ménagement, comme il l’eut fait d'un jouet. Il lui soulevait les bras, pliait ses jambes et faisait jouer ses articulations. Épuisée et terrifiée, elle n'opposait pas de résistance.
- J'sais pas, mais c'est pas habituel. En tout cas "c'est" d'une sacrée qualité ! Elle a l'air jeune, une fourrure soyeuse, des belles dents, joliment tachée...
- Ne l'abime pas ! Déjà que si ta griffure ne cicatrice pas correctement ça va nous faire un sacré manque à gagner...
- Ouais, ouais. J'y ai pourtant pas été fort, "c'est" fragile.
- Reste plus qu'à espérer qu'elle soit vierge pour en tirer un bon prix. Alors ne la touche pas.
- Pas mon genre. Mais faut avouer que pour les tordus qui s'abaissent à toucher à "ça", elle doit être plutôt mignonne la donzelle.
- Elle a un truc plutôt moche sur l'épaule, les clients aiment pas ça...
- Bah, on l'habillera avant de la mettre en vitrine et ils n'y verront que du feu ! Hein ma mignonne ? Tu sais parler un peu ? Allez, fais entendre ta jolie voix.

La mâchoire tremblante et la bouche résolument fermée, Tka'Leirä baissa les yeux. Pas question de révéler quoi que ce soit qui trahirait ses origines. Elle préférait mourir plutôt que de risquer de mener ces individus aux siens.
- Pas bavarde et docile, moi j'te le dis elle va nous rapporter gros ! "Ajouta une dernière fois le lion avant d'éclater d'un rire gutturale et de la charger sur son épaule comme un paquet de linge. Lui et son acolyte rentrèrent alors doucement à leur campement avec leur nouvelle victime. Le cœur lourd de chagrin et de désespoir la petite lycaon adressa un dernier regard et une prière en direction de sa colonie...

********
"Oh, merci elle est jolie comme tout ! Elle ressemble à Clara !"
L’oursonne approcha son énorme tête velue tout près de la domestique qu’elle venait de recevoir à l’occasion de son dixième anniversaire. Elle contempla sa fourrure, lui caressa les cheveux et admira sa superbe robe de dentelle rose. La jeune Furry attrapa la main de Tka'Leirä entre ses immenses griffes et la fit tourner sur elle-même, faisant voleter ses boucles blondes avec entrain.
« Je vais l’appeler Sina ! »
Tka'Leirä se contenta de sourire de toutes ses dents, comme on le lui avait appris. On l’avait déguisée en princesse… Pour faire plaisir à la petite d’après ce qu’elle avait compris. Après avoir été échangée contre une grosse bourse de cuir remplie de nombreuses pièces sur le « marché aux domestiques », elle avait été soigneusement brossée, coiffée et vêtue d’une robe vaporeuse et de jupons bouffants. Ainsi apprêtée elle ressemblait étrangement à la poupée de chiffon qui pendait mollement au bras de la demoiselle. Cette dernière se jeta au cou de son père, couvrant sa joue de baisers affectueux. Sina venait d’être remise à une enfant, ses parents lui avait offert un esclave comme on offre un jouet…
« Cela aurait pu être pire. » Songea amèrement la jeune hybride tandis que l’oursonne l’entrainait à sa suite dans sa chambre. Et elle était loin de se tromper.

Dans le manoir où elle officie désormais au service de la jeune maitresse de famille Melissandre Clairstrim, d’autres hybrides n’ont pas eu sa chance. Nombreux d’entre eux travaillent de nombreuses heures dans des conditions parfois épouvantables, ils s’affairent aux courses, à l’entretien de la maison, à la préparation des repas… et aux cris qui résonnent de temps à autres au creux de ses longues oreilles, Sina redoute qu’ils soient utilisés parfois à d’autres besognes moins plaisantes encore. Dans son malheur, la petite a eu la chance d’appartenir à Melissandre. La jeune femme n’a pas d’affection particulière pour elle, simplement comme elle est sa propriété les autres membres de la famille Clairstrim ne pose pas la main sur elle et ne lui donnent que rarement ordres et remontrances. La jeune fille désireuse d’être servie au plus vite quand elle le souhaite a également installé le panier de Sina dans un coin de sa chambre, épargnant ainsi à sa domestique les nuits aux dortoirs communs. La traitant comme l’un de ses jouets, elle a  aussi à cœur de lui faire revêtir de véritables habits de poupée qu’elle fait confectionner spécialement à sa taille.

Malheureusement pour Sina qui ne passe pas une soirée sans regretter son désert natal, ce traitement de faveur lui a attiré la jalousie de nombres des autres esclaves de la maison et elle n’est jamais parvenue à nouer le moindre contact avec l’un d’entre eux. Parfois, lorsqu’elle œuvre à proximité de l’un de ses frères d’infortune, elle sent leur regard glacé posé sur sa nuque et l’animosité à son égard est presque palpable.
Récemment, alors que les maitres avaient le dos tourné, un vieil hybride renard aux pattes arquées lui a même craché dessus. Mais à qui peut-elle en parler ? Depuis quelques semaines, à chaque fois qu’elle s’aventure en dehors de la chambre de Melissandre, Sina se fait toute petite et longe les murs en craignant un incident…




[EDIT : Après relecture de cette section, je me suis aperçue qu'il existait déjà un personnage nommé Din. Craignant la confusion avec le mien, j'ai renommé donc "Sina" ce personnage originellement baptisé Sin (Tant pis pour la référence FF =() mais du coup mon nom forum ne correspond plus... Est-ce qu'un gentil admin pourrait corriger mon pseudo s'il vous plait ? ^^]


Dernière édition par Sina le Jeu 3 Oct - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 391
Pièces : 3845
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 25
Localisation : Un autre plan d'existence

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Sina, hybride bridée   Jeu 3 Oct - 14:04

C'est fait, bienvenue à toi !


Je procéderai à ta validation lorsque tu auras terminé ta description mentale !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imaginary-rebirth.simplygaming.org
Messages : 14
Pièces : 2
Date d'inscription : 02/10/2013
avatar

MessageSujet: Re: Sina, hybride bridée   Jeu 3 Oct - 14:42

Oups, petit oubli effectivement ! Mettons ça sur le compte de l'heure tardive.
Description ajoutée donc, et merci pour la modification. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 391
Pièces : 3845
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 25
Localisation : Un autre plan d'existence

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Sina, hybride bridée   Jeu 3 Oct - 17:11

Allez, validée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imaginary-rebirth.simplygaming.org

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sina, hybride bridée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sina, hybride bridée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bridélice
» Présentation de Sina Laelyan [Validée]
» RPGSS : Facebook ^^
» Kirgan Tanaëth [Brigand & Mage][Validé]
» Emmènager à Tokyo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginary Rebirth :: Administration :: Fiches personnages :: Fiches terminées-