Année 1053 de la troisième ère dite Askaärienne. Le monde est en proie aux anomalies spatio-temporelles et les continents sont en guerre. Incarnez le personnage dont vous rêvez et tentez de devenir le nouveau héros d'Aether, ou bien son destructeur.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

 

 Dirjil, noble ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 17
Pièces : -63
Date d'inscription : 22/08/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/1500  (0/1500)
avatar

MessageSujet: Dirjil, noble ombre   Mer 22 Aoû - 21:02

~Le Personnage~


Nom : Dirjil
Âge : 17 ans
Classe : Avenger

Description physique :

Aux yeux du monde, Dirjil est juste un jeune homme de taille moyenne, aux muscles visibles mais fins, et aux cheveux blancs. Cette particularité, tout comme ses yeux rouges, ont fait de Dirjil un paria, et il a donc appris depuis longtemps à se battre pour éviter les humiliations. Plus jeune, Dirjil était habillé comme le nobliau qu'il était, mais maintenant, il porte un manteau sombre sans manche, et son corps est recouvert de bandage. Les contours de son manteau sont orangés, et il porte une écharpe de la même teinte qui recouvre le bas de son visage. Après sa Rencontre en Prison, Dirjil s'est procuré deux nouvelles armes. Des couteaux à la lame parfaitement acérée et au manche de marbre noir aussi glacé que son âme.

Dirjil y a aussi largement gagné en agilité, et s'il était capable de grimper beaucoup de tours dans un silence relatif, il est maintenant capable de se déplacer en toute simplicité et dans le silence le plus total dans n'importe quelle ville. Il ne connait cependant pas les forêts, et s'il y garde son agilité, il y perd son silence. Lorsque Dirjil accède à un niveau de conscience supérieur, qu'il appelle l'Instinct, il observe son environnement dans des nuances blanches, noires et rouges. Il est ainsi capable de suivre une odeur ou des traces bien plus simplement, ce qui en fait un excellent pisteur.

Description mentale :

Mépris, Haine et Solitude.

Le Mépris est la première sensation à laquelle Dirjil a été confronté. Toute son enfance, il a subi le regard dépité de son entourage parce qu'il était différent, et cela l'a rendu avide de vengeance. Dirjil ne respecte personne si ce n'est Gabriel, et son Mépris est si puissant qu'immanquablement, tout le monde déteste Dirjil. Exactement ce qu'il veut.

La Haine est le rouage central du monde. C'est autour d'elle que s'axent les guerres, autour d'elle que s'axent toutes relations, y compris l'amour. Lorsque l'homme redevient ce qu'il est, un simple amas de chair rempli de haine, alors il redevient bestial, et incroyablement facile à tuer. Conscient de ce qu'il considère comme la nature fondamentale de l'homme, Dirjil y cède avec joie, et hait donc son prochain avec grande application. A la différence que lui controle sa Haine.

La Solitude, enfin, est l'essence même de Dirjil. Après la mort de Gabriel, Dirjil s'est retrouvé totalement seul et cela a entrainé tous les évènements que vous connaitrez bientot. Habitué à subir les moqueries, habitué à haïr, habitué à tuer plutôt qu'à aimer, Dirjil est un être infiniment solitaire. S'il se lie avec des compagnons, c'est uniquement pour échapper à un ennemi trop fort pour lui ou pour en tirer un bénéfice.

Cependant, Dirjil n'est pas totalement mauvais non plus. Eprouvant une véritable passion pour les oiseaux, l'Ombre a appris à leur parler, et lorsqu'il médite, les oiseaux sont naturellement attirés par lui. Il se montre avec eux incroyablement doux et tendres, tant et si bien qu'en ne le connaissant pas, on pourrait croire que Dirjil n'est qu'un ado excentrique et futur éleveur d'oiseau.

Parallèlement, l'Assassin a un sens aigu de la Beauté et peut contempler une chose pendant des heures s'il la trouve belle, ou même épargner une cible si elle satisfait ses critères de beauté.

Cependant, tout cela n'est rien comparé au vrai objectif de Dirjil, venger son frère et tuer ses meurtriers.

Histoire :

Une nuit d'hiver, la baronne Lynna d'Eterna accouche de son second enfant. Épuisée, elle s'endort, tandis que les infirmières prennent l'enfant pour le mettre dans une couverture. Cependant, l'une d'elle se rend alors compte d'une chose. L'enfant est incroyablement pâle et le peu de cheveux qu'il a est blanc. Un médecin est appelé en urgence, tandis que le baron hurle des ordres. Le médecin, surpris, n'avait jamais vu de cas pareil, mais les faits sont la. L'enfant a les yeux rouges, les cheveux blancs et la peau terriblement pâle.

Dans un hurlement, le baron congédia le médecin, et le dégoût se lit bien plus sur son visage que l'inquiétude, lorsqu'il regarde son garçon nouveau né. Une infirmière prend la défense de l'enfant. D'une gifle du dos de la main, le Baron la fait taire, avant de réveiller sa femme.

"Qu'as tu fait, femme? Pourquoi mon enfant est il ainsi?" hurla t'il a sa femme hébétée.

Ses hurlements ne s'arrêtèrent pas avant le lever du jour, ou il décida de dissimuler l'enfant. Trop noble pour se salir les mains, il ordonne à une servante de tuer l'enfant. La servante, insensible, prend un couteau et l'enfonce dans le ventre du nourrisson. Lynna se jette alors hors de son lit, renversant son mari, puis la servante et prend son enfant dans ses bras. Apposant ses mains sur la blessure, elle implore les dieux de sauver leur enfant.

Le Baron, trop choqué par l'aspect de son fils et le comportement de sa femme, se drape dans sa dignité, quitte la salle, et tout le monde entend clairement que "par malheur, l'enfant était mort né, j'aimerais aller me reposer dans ma chambre..." Lynna murmure alors :

"Non, tu vivras! Je te le promets, Dirjil!"

Des années plus tard, depuis les ombres auxquelles il est accoutumé, Dirjil regarde son frère aîné. Le Baron ne l'a jamais reconnu, quand bien même la baronne l'ait fait. Il est reconnu par tous comme le Baron Dirjil, mais son titre est creux. De par ses différences, le "Baron" n'a aucune autorité et, du haut de ses seize ans, il n'a rencontre que quatre personnes.

Et jamais son père.

Obligé de rester dans les ombres, Dirjil y regarde la vie se dérouler. La lumière le brûle, et sa pâleur est de plus en plus stupéfiante. Il ne doit la vie qu'à sa mère et aux dieux en lesquels il ne croit pas. S'il y'avait des dieux, alors pourquoi l'ont ils accablés de maux pareils? Résigné à ne pas avoir de réponses, Dirjil ne parle que très peu, et seulement à une personne. Son frère, Gabriel.

Dans le regard de Lynna, il lit encore et toujours du dégoût, malgré tout. La servante qui a tenté de le tuer se contente d'un regard de chien battu, et le médecin se cantonne à l'indifférence. Gabriel, lui, est différent. Il a toujours écouté Dirjil, et fait de son mieux pour l'aider. Dans les moments les plus durs, Gabriel prenait son frère dans ses bras et attendait que ce dernier ait fini de pleurer pour le réconforter et le ramener à son lit. Mais aujourd'hui, Gabriel part.

Une larme coule sur le visage de Dirjil alors que Gabriel se retourne vers lui, ses 22 ans lui donnant une aura nouvelle de confiance. Dans son armure blanche, Gabriel approche et essuie la larme de son frère avant de lui dire de ne pas s'inquiéter. Il reviendrait bientôt et s'occuperait de lui.

Deux semaines plus tard, un messager apporte la nouvelle à Lynna. Tremblante et des sanglots dans la voix, cette dernière appelle Dirjil. Dans les ombres ou il a appris à se déplacer, Dirjil approche de sa mère, qui lui apprend alors la nouvelle. Gabriel est mort. Dirjil fond en larmes, et Lynna essaie de le prendre dans ses bras. Dirjil la repousse en hurlant, et se saisit de l'objet le plus proche de lui, un couteau à la garde en ébène, celui la même qui fut enfoncé dans son ventre 16 ans plus tot.

Entre deux sanglots, Lynna donne l'alerte, et la vieille servante arrive. Toujours avec son regard de chienne battue. Toujours ce même regard. Ce regard méprisant. Avec un hurlement de rage, Dirjil lance son couteau, qui se plante entre les deux yeux de la vieille servante, qui tombe au sol avec un dernier hurlement. Des larmes de rage et de peine coulant de ses yeux, Dirjil tombe à genoux, accablé. Lynna recule doucement, et ce mouvement attire l'attention de Dirjil.

Dans le regard de Lynna, pire que le dégoût, il y'a la peur.

D'un bond, Dirjil brise une fenêtre et passe au travers avant de s'enfuir dans les ombres. Il s'y cache des jours entiers, volant sa nourriture, invisible dans les ombres, avant de se rendre à l'évidence. Personne ne le cherche. Dirjil prend alors une décision. Il vengera son frère, et doit déjà en savoir plus sur sa mission. Mais il n'a aucune chance de parler à un de ceux qui lui ont confié cette mission. Leurs seules apparitions en public sont dans les Jugements Extraordinaires, et il n'y en a pas eu depuis des années.

Sa seule chance est... D'être l'accusé d'un Jugement Extraordinaire. Même s'il sait ce que cela implique.

Le lendemain, en plus de sa nourriture, il vole deux couteaux de chasse. Sa première cible est un passant innocent. Sa quinzième est son père. Cela fait un an qu'il est a la rue. De nuit, il escalade la tour ou son père travaille, et rentre par une fenêtre. Dos à lui, un homme, voûté et misérable, lit des papiers.

"... Père."

L'homme se retourne. Son visage mal rasé est émacié, et il lève un bras pathétique, faisant tomber la couverture de laine miteuse qui recouvrait son dos.

"C'est toi! La cause de ma disgrâce! La cause de tout ça! Sale chien! Viens me tuer, puisque c'est ton objectif! Que peut un vieillard sénile contre toi, o meurtrier de ces rues! Que peut un baron face à l'immondice qui était sensé lui servir de fils!"

Dans son regard, le mépris le plus total que Dirjil ait vu. Une larme coule sur sa joue, pendant qu'il ressert sa prise sur ses couteaux. Il se met alors à marcher vers le Baron.

Le lendemain, Dirjil est à genoux, le ventre ouvert. Ses intestins défilent dans la poigne de fer du bourreau sensé le faire avouer. La tête de Dirjil se tourne à droite et à gauche. Partout, la foule qui hurle. En face de lui, les Juges Extraordinaires.

"Êtes vous l'homme qui a tué quinze innocents dans nos rues?" hurle pour la millième fois un des juges.

"Êtes vous le chien qui a tué Gabriel? Êtes vous le chien qui a tué mon frère?" répond pour la millième fois Dirjil entre des hurlements de souffrance.

Le Juge ne répond pas, et Dirjil sent la vie le quitter. Il s'effondre sans un mot de plus.

Il se réveille, face contre terre, dans une prison au toit bas. Ses paupières collées s'entrouvrent pour laisser passer la lumière douloureuse. Dans les ombres, une femme. De l'autre côté, des barreaux. La femme voit que Dirjil est réveillé et s'approche de lui.

...

Dirjil ne sait pas combien de temps s'est écoulé depuis son Jugement. Depuis le sommet de la plus haute tour du château d'Eterna, il contemple la lune et la ville, accroché à une pointe. De nouveau, il est seul, perdu dans l'immensité de cette ville remplie d'humains. De cibles. Pas la moindre expression sur son visage. Seul compte son objectif. Venger Gabriel. Il lâche la pointe et se jette du haut de son piédestal vers les ombres torturées.

~Classe~


  • Ombre d'une vie - [Exil]
    Dirjil se fond dans son ombre pour réapparaître dans une autre ombre.

  • Cataplasme ténébreux - [Soin]
    L'ombre de Dirjil vient recouvrir une de ses blessures et apaise sa douleur.

  • Sombre Manteau - [Buff]
    Dirjil se recouvre d'ombres, ce qui améliore sa vitesse et donc sa puissance de 10% et lui offre un bonus de défense au prochain coup de 10%

  • Souvenir Douloureux
    Dirjil serre son ennemi dans ses bras en lui enfonçant ses couteaux dans le dos

  • Cicatrice Haineuse
    Coup dans le ventre d'un des couteaux

  • Envol démoniaque
    Double coup ascendant qui propulse Dirjil en l'air et lui permet de passer au dessus de son ennemi

  • Caresse du Bourreau - [Buff/Sacrifice]
    Dirjil se coupe au bras, ce qui lui inflige 20% des dégâts d'une attaque normale mais booste sa prochaine attaque de 40%


Attaque Divine : Ombre indépendante
  • L'ombre de Dirjil part attaquer celle de son ennemi, et cause des dommages réels à ce dernier à chaque attaque équivalent à 60% des dégâts de l'attaque de base en plus de l'attaque elle même, pendant 3 tours, sans possibilité de rater.


~Épreuve de confirmation~



Pour cette épreuve de confirmation, tu devras raconter en détail, à la première personne :


Au choix :


1) Les deux semaines de Gabriel jusqu'à sa mort

2) La narration détaillée de la mort du père de Dirjil, les ressentiments du garçon et une vision détaillée des lieux entourant le garçon.


Tu écriras l'épreuve de confirmation sur ton prochain post dans ce topic, pour l'up.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 391
Pièces : 3845
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 25
Localisation : Un autre plan d'existence

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Dirjil, noble ombre   Jeu 20 Déc - 20:31

Et je ne t'ai jamais dit bienvenue éoè ... Ton épreuve de confirmation sera écrite sur ta fiche ! Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imaginary-rebirth.simplygaming.org
Messages : 17
Pièces : -63
Date d'inscription : 22/08/2012

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
70/70  (70/70)
XP:
0/1500  (0/1500)
avatar

MessageSujet: Re: Dirjil, noble ombre   Mar 12 Mar - 14:36

En face de moi, mon Père se lève et laisse pendre ses bras. Ses poings serrés tremblent légérement alors que je me rapproche, et bien que son visage exprime une détermination prétendument à toute épreuve, je peux sentir sa peur d'ici. Sans même lui accorder un regard, sans même chercher à dissimuler la larme qui coule sur ma joue, je le bouscule à peine de l'épaule avant de planter mes deux couteaux dans son bureau. Le Baron ne bougea toujours pas, comme s'il a abandonné... Après tout, peu m'importe, je trouverais ce que je suis venu chercher, puis je le tuerais. Après quelques secondes à observer les papiers sur son bureau, je les balaie de mon bras droit pour chasser toutes les feuilles, puis j'ouvre le premier tiroir sans prendre le temps de regarder les arabesques que décrivent les papiers.

"Qu'est ce que tu cherches, Vagabond?"

La voix de mon Père. Aucune intonation, sinon le mépris. Pas de peur, pas de haine... Du mépris. Je retiens un sanglot, je me force à ne pas réagir, à l'ignorer... Soudain, il se retourne, et sur son expression, enfin, de la colère. En me retournant, j'observe la pièce. Des tapisseries poussiéreuses sur tous les murs, et une immense bibliothèque derrière Lui, aux livres de toutes les couleurs. Sans même réfléchir, je lance mon pied vers son torse. Ses os craquent, un rictus de douleur se forme sur son visage avant qu'il soit projeté vers la bibliothèque. Je me retourne dans le craquement de la bibliothèque et le bruit des livres heurtant violemment le sol.

Cette fois, deux larmes coulent sur mon visage sans que je puisse les retenir. Je dois me concentrer, oublier mon père, oublier tout, sauf ma mission. Le premier tiroir ne contient qu'un petit portrait de ma mère, que je jette négligemment sur le bureau, avant d'ouvrir le second tiroir. Vide aussi. Je me retourne vers mon père, encore enfoui sous les livres. Du sang coule de son front, et il se tient le poitrail. J'ai du lui casser une ou deux cotes en le frappant. Je m'approche de lui, le saisit par le col, et le plaque contre le reste de bibliothèque.

"Ou est l'ordre de mission de Gabriel?" Dis-je sur un ton chargé de violence.

"Pleurerais tu, gamin? Serais tu faible?" Me crache t'il au visage.

Je l'écarte du mur et le replaque dessus deux fois, le faisant crier de douleur.

"Contente toi de répondre, vieil homme."

"Qu'est ce que tu veux que j'en sache? Gabriel est mort, cela n'a plus d'importance!"

"Quand je t'aurais tué, tu n'auras plus d'importance non plus, vieux fou!"

"Tu paieras pour ton crime quand même."

"Qu'est ce que je peux en avoir à foutre?"

"Que dira ta mère quand elle saura ce que tu as fait?"

Je plaque une nouvelle fois mon père contre la bibliothèque, puis je le laisse glisser jusqu'au sol pendant que je vais chercher le portrait de ma Mère. Je prends un de mes couteaux plantés dans la table... Et je le plante dans son visage. Encore et encore. Ce qui n'était au début qu'une provocation contre mon père m'a emporté beaucoup plus loin que je ne pensais. Des sanglots déchirant ma poitrine, je tombe à genoux sans cesser de poignarder l'image de ma mère. Dans ma tête, je revois son visage horrifié face à moi... Alors, je me retourne vers mon Père, qui me regarde. Un air méprisant sur le visage, il se relève doucement et va de l'autre coté du bureau.

"Et dire qu'elle a sacrifié sa vie pour toi..."

"C'est pour ça que je ne la tuerais pas... Toi, par contre.."

Mon Père éclata de rire et leva les bras. Embrassant la pièce du regard, il finit par se retourner vers moi, et son ton me fit reculer d'un pas.

"Tu m'as déjà tout couté, gamin. Ces tapisseries ne valent rien, ce bureau, je l'ai récupéré dans la rue, et je n'ai même plus le luxe d'un tapis. Tu étais ma fin bien avant d'entrer dans ce batiment."

"Ou est Gabriel?"

"Mort. Et je le reverrais avant toi."

Avant que je puisse réagir, il se saisit du couteau encore planté dans la table, le retourne, et se l'enfonce dans la gorge. Il tombe à genoux, puis sur le dos.

"Et pourtant, je n'ai jamais cessé de vous aimer tous les deux..." l'entends je murmurer dans son dernier souffle.

Alors qu'il allait enchainer sur une deuxième phrase, je passe au dessus du bureau et donne un coup de talon dans le couteau planté dans sa gorge. Le craquement et le rictus déformé sur le visage de l'homme qui ne voulait pas de moi m'informèrent que le couteau était passé entre deux vertèbres et les nerfs. Alors, je lève le regard, et je vois deux chevaliers entrer dans la salle, alertés par les trois cris qu'ils ont entendus depuis la rue.

Père est mort. Mère sera toujours horrifiée par moi. Je ne sais toujours rien de Gabriel.

Je tombe à genoux et fonds en larme alors que les deux chevaliers me saisissent par les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 391
Pièces : 3845
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 25
Localisation : Un autre plan d'existence

Feuille de personnage
Caractéristiques, classe et niveau ::
Points de Vie:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)
avatar

MessageSujet: Re: Dirjil, noble ombre   Mar 12 Mar - 14:52

go /o/


L'orthographe sera notée sur 2 > Bah c'est un 2/2 hein, rien à dire, hormis quelques accents mal placés mais j'meane osef.
La présentation sera notée sur 2 > 1,5/2 ! Bon ça peut être arbitraire mais concrètement une présentation avec un code serait plus alléchante. Ouais tu sais pas faire de fiche codée ? baaah ... Ca veut dire qu'il faut qu'on crée un modèle !
La qualité d'écriture (vocabulaire, syntaxe etc....) sera notée sur 3 > 2,5/3 ! pas d'erreur de syntaxe particulières ou de vocabulaire inexistants mais ça valse entre les rares répétitions ... et autre trucs qui servent à rien comme la ponctuation. Ca reste honorable.
Le contenu de votre fiche sera notée sur 3 > 3/3 ! Intégration à l'univers réussie, contenu pertinent. J'aime.

épreuve

L'orthographe sera notée sur 2 > 1,5/2 !comme dit plus haut, quelques petites fautes ... Mais j'vais pas être indulgent deux fois =D
La présentation sera notée sur 2 > 1,5/2 ! Ca manque de cooode =( et c'est ma fauuuute =( mais concrètement tu vas atteindre le level max, là, donc tu t'en fiches =D
La qualité d'écriture (vocabulaire, syntaxe etc....) sera notée sur 3 > 2,5/3, pour les mêmes raisons.
L'appréciation de votre RP durant l'épreuve sera noté sur 3 > 3/3, depuis quand tes RPs puent ? Pas dans cette vie en tout cas !


C'qui nous fait un total de ... 17,5/20 !


Entre [16 et 18] inclus: niveau 3



... Eeeeh, c'est dommage ;o; ... ! Mais bon, c'est le jeu. C'est déjà très bien ! (je sens que tu vas me saquer. XD)


Tu es validé, va créer tes deux journaux de bords et commence ton mode 1p si tu en a envie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imaginary-rebirth.simplygaming.org

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dirjil, noble ombre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dirjil, noble ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ivresse nocturne
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Une noble invitation
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginary Rebirth :: Administration :: Fiches personnages :: Fiches terminées-